Hansel et Gretel 

 

 

d'après le conte des frères Grimm

 

 

 

 

Création 2020 / 2021   

 

 

 

 

 

C'est l'histoire d'Hansel et Gretel, deux pauvres enfants perdus, abandonnés, aux prises avec la peur, la faim, le froid

et tous les dangers.

La mission de raconter et d'illustrer cette histoire a été confiée à deux clowns.

Ils ont TOUT prévu...

Ils feront tout pour remplir leur mission...

 

 

De et avec Annie Robert et Guillaume Paulette

Collaboration artistique Audrey Lamarque

Création musicale Léandre Vaucher

Création lumière Hugo Couvreur

Décor et accessoires Jean-Pierre Niquet et Annie Robert

 

Avec la complicité d'Éric Opdebeek

 

Conception design affiche François Mutterer

Réalisation flyer Ali Sarmadi

Visuel Pierre Niquet 

 

 

 Note d'intention

 

Le point de départ de ce spectacle est le duo clownesque. Le jeu burlesque, clownesque, la comédie font partie des couleurs de la Compagnie du Chahut depuis sa création.

 

Le duo clownesque fonctionne selon une certaine hiérarchie. Ces deux-là n'y échappe pas. Lui est RESPONSABLE. Elle aussi mais pas des mêmes choses ! Lui a la responsabilité du spectacle. C'est le grand conteur. Elle bricole, façonne, embrouille, massacre dans une énergie sans faille, elle ne doute de rien, ne s'aperçoit de rien. Elle raconte, joue, jubile, s'amuse, ne s'en fait pas. Lui subit, rattrape, s'émeut, se moque, s'énerve, se désespère ! Mais garde la face !

 

Comment un clown raconte t-il les histoires ? Le peut-il ? Lui qui est en empathie permanente avec tout ce qu'il voit, fait, joue.

 

Comment interprète t-il des personnages ? Le peut-il ? Lui qui ne peut cacher son émotion, son embarras. Lui que tout met dans tous ses états. Lui qui, même s'il tente de garder la face, est transparent comme du verre, lui qui est un livre ouvert. Lui que l'on sent jubiler quand il joue tous ces personnages ?

 

Ils sont de toutes les émotions, ils sont de tous les états. Tour à tour heureux, terrifiés, affamés, épuisés, perdus et tellement déterminés !

 

Dans une volonté absolue d'exister. Devant le public, à côté d'un autre si différent et pourtant si semblable.

 

L'histoire d'Hansel et Gretel est terrible. Elle traite de la misère, la peur, la peur d'être perdu, d'être abandonné.

 

Nous aimons la façon dont les contes, les histoires abordent ces questions, du danger, de la peur, de toutes les peurs d'enfant. Les marâtres, les sorcières, les ogres, tous les personnages maléfiques des histoires, mais aussi les grands méchants loups, concentrent en eux toutes les peurs des enfants. Les contes les symbolisent.

 

Et ce qui est intéressant c'est comment nos clowns s'en débrouillent. Comment tous les deux, perdus de façon quasi permanente, vont, en parallèle avec les deux personnages de l'histoire, se débrouiller avec leurs propres épreuves.

 

À travers leur propre chaos ils deviennent le symbole même de tout ce qu'ils représentent (les obstacles, la difficulté à raconter, les épreuves...), celui de la fragilité mais aussi de la sincérité, de l'entraide, du courage et surtout celui de la force d'exister.

 

Aussi les clowns jubilent-ils de jouer ces terribles situations, ces personnages méchants, malfaisants, terrifiants.

 

Par leur tragédie clownesque ils allègent le propos, sans pour autant l'édulcorer.

 

Le clown est actuellement assez malmené avec l'existence des clowns tueurs, les clowns « ça », le Joker et il nous semble important de lui redonner ses lettres de noblesse auprès du jeune public, une image plus drôle, plus sensible, plus poétique et surtout de générosité.

 

Spectacle jeune public et familial à partir de 7 ans

 

Durée  45 à 50 minutes

 

Crédit photo Pierre Niquet